ST_Logo_ROSE_Paris5-01.png

Merci pour votre inscription au

webinaire swisstech!

Vous allez recevoir un email vous donnant les instructions de connexion très prochainement.

En savoir plus sur les panelistes

Introduction

 

Institut de santé globale, Université de Genève

Prof. Antoine Flahault, Directeur

Antoine Flahault est docteur en médecine, ancien interne des hôpitaux de Paris, et docteur (PhD) en biomathématiques. Nommé professeur de santé publique en 2002, il fonde à Rennes l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) qu’il dirige de 2007 à 2012. Il est également co-directeur du Centre Virchow-Villermé de Santé publique Paris-Berlin, co-directeur de l’Alliance académique européenne pour la santé globale, et président de l’Agence européenne d’accréditation des formations en santé publique. Spécialiste en modélisation mathématique des épidémies, Antoine Flahault a dirigé le centre collaborateur de l’OMS pour la surveillance électronique des maladies, a coordonné les recherches sur le chikungunya dans l’Océan Indien (Prix Inserm 2006), et a été commissaire scientifique de l’exposition Epidemik à la Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris, Rio et Sao Paulo). En janvier 2014, il est nommé professeur ordinaire à la Faculté de médecine, où il est appelé à mettre en place et diriger l’Institut de Santé globale.

 

L'Institut de santé globale a été fondé en janvier 2014 comme transformation de l'ancien Institut de médecine sociale et préventive. Cette transformation a été décidée par l'Université de Genève dans le cadre de la poursuite des efforts de développement de la santé mondiale universitaire, compte tenu de la situation unique de Genève dans ce domaine. Il est situé dans les installations du Campus Biotech, partagé par l'Université de Genève et l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). La création de l'Institut de santé globale a été inspirée par la volonté à promouvoir la santé globale universitaire à la Faculté de médecine de l'Université de Genève.

 https://www.unige.ch/medecine/isg/en/

Panel Détection

Centre suisse d'électronique et de microtechnique (CSEM)

M. Mathieu Lemay, Head of Signal Processing & Control

Mathieu Lemay a obtenu son baccalauréat en génie électrique de l'Université Laval, Québec, Canada et son doctorat de l'Institut fédéral suisse de technologie, Lausanne, Suisse, en 2003 et 2007 respectivement. Il a rejoint la section Traitement du signal du CSEM au cours de l'été 2011 après 4 ans de postes postdoctoraux à l'École polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse et à l'Université de Berne, à Berne, en Suisse. Il est actuellement chef de la section Traitement et contrôle du signal. Au cours de ces années, il a été impliqué dans plusieurs projets de recherche et développement, principalement orientés dans le domaine biomédical (électrocardiogramme, fréquence cardiaque, classification des activités) dont des projets européens (work package leader de la conception du système et des logiciels embarqués pour PEGASO). Ses intérêts de recherche actuels comprennent les arythmies cardiaques, les solutions de surveillance utilisées dans la prévention et la gestion des maladies et les techniques de traitement du signal connexes.
 

 

 

La startup suisse Adamant Innotech et le CSEM travaillent au développement d’un test sérologique rapide et ultra-sensible, permettant de déterminer si un individu a, par le passé, été infecté par le virus SARS-CoV-2- responsable du COVID-19, ou par d’autres types de virus. Le dispositif sera basé sur une technologie de micro-réseaux optiques mature, déjà utilisée pour d’autres applications médicales. Le nouveau biocapteur promet de donner des résultats en une à deux heures, et de pouvoir sonder jusqu’à 20 types d’anticorps différents simultanément, soit de retracer diverses infections passées, que ce soit au COVID-19, à la grippe ou au SRAS.

https://www.csem.ch/Home

https://www.csem.ch/Page.aspx?pid=155080

Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) 
Prof. David Atienza Alonso, Directeur du Embedded Systems Laboratory

 

David Atienza Alonso est Professeur et Directeur du Laboratoire des Systèmes Embarqués (ESL) à l'EPF Lausanne, Suisse, depuis Octobre 2008. Il est aussi professeur adjoint au Département d'Architecture des Ordinateurs et d'Automatisation (DACYA) à l'Université Complutense de Madrid (UCM), Espagne. En plus, il a été conseiller scientifique de Recherche à IMEC, à Louvain, Belgique. Ses recherches incluent plusieurs aspects des technologies de conception au niveau système des systèmes embarqués et les objets connectés (IoT), spécialement les différentes alternatives de raccordement des multiprocesseurs dans les system-sur-puce (MPSoC) avec du contrôle de température, gestion de la mémoire dynamique, design au niveau système et design de systèmes multimédia à très basse consommation.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a rapporté que 67,7 % des patients COVID-19 présentent une « toux sèche », ce qui signifie qu'il n'y a pas de production de mucus, contrairement à la « toux humide » typique qui se produit lors d'un rhume ou d'allergies. La toux sèche se distingue de la toux humide par le son qu'elle produit, ce qui soulève la question de savoir si l'analyse des sons de la toux peut donner quelques indications sur COVID-19. Une telle analyse des sons de la toux s'est avérée efficace pour diagnostiquer des affections respiratoires telles que la coqueluche, l'asthme et la pneumonie. 

Le Laboratoire des systèmes embarqués (ESL) de l'EPFL utilise l’analyse des sons de pair avec le machine learning pour développer une application et un site web Android permettant un diagnostic COVID-19 automatique. Les utilisateurs pourront simplement télécharger une application mobile, entrer leurs symptômes, enregistrer un clip audio de leur toux et soumettre leurs données anonymement. Ensuite le traitement du signal audio et l’utilisation de machine learning permet d’évaluer si un dépistage automatique ou assisté du COVID-19 est possible.

https://coughvid.epfl.ch/

GreenTeg 
Dr. Holger Hendrichs, Vice-président ventes et marketing et membre du comité exécutif

Holger est membre du conseil exécutif de greenTEG AG et Vice-président ventes et marketing. En juin 2020, greenTEG a lancé CORE™, le premier appareil portable non invasif qui permet de mesurer en continu et avec une grande précision la température corporelle centrale dans des conditions réelles. Il a mené ses études de doctorat à la chaire de durabilité et de technologie du professeur Volker Hoffmann à l'École polytechnique fédérale de Zurich (ETH) de 2007 à 2010. Holger a suivi des études commerciales à l'Université catholique d'Eichstaett-Ingolstadt (WFI) à Ingolstadt (Allemagne), à l'Université Comenius (Bratislava, Slovaquie) et à l'Université Sophia (Tokyo, Japon) et est titulaire d'un « Diplom Kaufmann » de l'Université catholique d'Eichstaett-Ingolstadt. Son mémoire de diplôme à la chaire banque et finance a analysé les principaux objectifs de la surveillance bancaire et le cadre de Bâle II. De 2005 à 2007, Holger a travaillé comme consultant chez McKinsey & Company, à Munich, en se concentrant sur des projets stratégiques dans le secteur bancaire, de la santé, des télécommunications et du secteur public.

Spin-off de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ), greenTEG a développé un capteur de flux thermique. Il a jusqu’ici trouvé des applications dans la mesure de l'isolation des logements et des vêtements qui captent de manière non invasive la température corporelle centrale. La fièvre étant le principal symptôme de Covid-19, son capteur est adapté pour détecter et surveiller le développement de la maladie. L’entreprise vient d’établir des collaborations avec des hôpitaux en Suisse et en Europe pour aider à surveiller les patients et le personnel de santé. Selon le directeur marketing de la start-up, Holger Hendrichs: « Notre technologie peut aider à concentrer les efforts sur les patients qui en ont le plus besoin et en partie alléger le fardeau des soignants en fournissant un système de surveillance continue de température et en réduisant le temps de contact par patient ».

 

https://www.greenteg.com/

https://www.greenteg.com/elevated-body-temperature-monitoring/

Panel Traitement

Université de Berne 

Dr. Philip V'kovski, Chercheur à l'Institut de virologie et d'immunologie IVI

 

Suite à des études aux universités de Lausanne et d’Utrecht, Philipp V’Kovski entame son Doctorat en 2014 à l’Université de Berne au sein de l’Institut de Virologie et d’Immunologie. Il le conclut en 2018 et continue son travail à l’Institut en tant que chercheur. Lorsque l’épidémie de COVID-19 apparait, il fait partie de l’équipe du Prof. Volker Thiel à élaborer le premier clone synthétique du virus.

 

Dans le laboratoire de haute sécurité de l’Institut de virologie et d’immunologie (IVI) de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) à Mittelhäusern et à la faculté Vetsuisse de l’Université de Berne, des chercheurs sont parvenus à reconstituer le coronavirus à partir d’ADN (acide désoxyribonucléique) synthétique. Pour y parvenir, ils ont intégré des copies d’ADN contenant une partie du génome du coronavirus dans des cellules de levure et les ont réassemblées en une copie complète. Sur cette base, les scientifiques ont ensuite été en mesure de créer des coronavirus infectieux.

 Désormais disponibles, les résultats définitifs ont été publiés dans le journal Nature. Avec ses clones synthétiques, le groupe de Volker Thiel a à ce jour aidé de nombreux laboratoires de diagnostic dans le monde entier, leur permettant de réaliser des tests plus précis et plus rapides sur des échantillons de coronavirus. De plus, beaucoup d’entreprises et d’autres chercheurs se sont adressés aux chercheurs bernois, car ils souhaitaient utiliser le laboratoire de haute sécurité pour tester sur les clones des substances actives potentielles contre le virus.

 

 https://www.ivi.unibe.ch/forschung/index_ger.html

CSL Behring

M. Pierre Caloz, Head Manufacturing EU & APAC and Global Quality Operations/Global Quality Control

 

Pierre Caloz est titulaire d'un Master en sciences et biologie de l'Université de Genève, d'un Master en ingénierie et gestion de l'environnement de l'École polytechnique fédérale de Lausanne ainsi que d'un Executive MBA d'une Business School à Londres.

Pierre Caloz a rejoint CSL Behring AG, à Berne, en mars 2016 en tant que responsable des opérations de fabrication avant d'assumer la responsabilité de directeur général des opérations de l'ensemble du site de CSL Behring à Berne. Depuis août 2019, il est directeur général de tous les sites de production de CSL Behring en Europe et en Asie-Pacifique. Avant de rejoindre CSL Behring, Pierre Caloz a travaillé dans plusieurs sociétés de biotechnologie telles que Merck-Serono en Europe et Amgen aux États-Unis.

CSL Behring AG est spécialisée dans la fabrication de médicaments pour le traitement des syndromes d'immunodéficience et des dysfonctions du système immunitaire ainsi que de médicaments pour la prophylaxie de la sensibilisation rhésus et de solutions d'albumine indiquées en cas de choc ou de brûlures graves. Les installations de CSL Behring AG sont agréées par les autorités sanitaires suisses et la FDA américaine. Plus de six millions de litres de plasma sont transformés chaque année en médicaments dans le respect des normes internationales de sécurité et de qualité. Les produits de CSL Behring AG sont vendus dans le monde entier.

Afin de répondre à la forte demande de produits d’immunoglobuline, CSL Behring augmente ses capacités de production à Berne et investit dans ce projet de construction 250 millions de francs suisses. 

En collaboration avec d'autres sociétés spécialisées dans le plasma, CSL Behring recueille du plasma de convalescence auprès de personnes qui sont guéries du COVID-19. Ils utilisent leur plateforme commerciale pour traiter ce plasma et concentrer les anticorps contre le COVID-19. Les essais cliniques devraient commencer en août 2020 dans le but de démontrer l'efficacité de ces anticorps CoVIg hautement purifiés. CSL Behring augmente actuellement sa capacité de collecte de plasma de convalescence et travaillent avec plusieurs partenaires pour trouver les solutions les plus efficaces afin de les rendre rapidement disponibles sur le marché !

https://www.cslbehring.com/

https://www.covig-19plasmaalliance.org/en-us#recruitment

Combioxin
Dr. Samareh Azeredo da Silveira Lajaunias , Directrice générale 

 

 Dr. Azeredo da Silveira Lajaunias est spécialisée dans la valorisation des innovations biomédicales de pointe provenant des instituts de recherche. En 2007, elle a fondé LASCCO SA, un incubateur virtuel dédié à l'identification et au développement précoce des découvertes biomédicales. Elle a construit son portefeuille, en se concentrant sur les technologies dans les domaines des soins intensifs et des maladies infectieuses. De 2011 à 2019, elle a été partenaire de Sepstone Diagnostics, une spin-off de LASCCO, pour laquelle elle a négocié avec succès des accords de licence avec des sociétés multinationales de diagnostic. En 2015, elle a cofondé Combioxin SA pour le développement de médicaments de première classe qui rétablissent la santé des patients gravement malades. Samareh est titulaire d'un doctorat de l'EPFL, à Lausanne, en Suisse. Elle est l'auteur de nombreuses publications et revues d'opinion, et a figuré parmi les « 100 personnalités qui font la Suisse Romande » au Forum des 100, 2019. 

Combioxin est une société biomédicale basée à Genève et fondée en 2015. La société développe des traitements innovants pour lutter contre les infections sévères et résistantes. Le produit phare de la société est CAL02 pour le traitement des pneumonies sévères.Malgré les meilleurs traitements disponibles, la pneumonie reste la première cause de mortalité infectieuse dans le monde, à cause des complications de l’infection. Ces complications exigent des traitements lourds et augmentent drastiquement les coûts de la santé. 

CAL02 cible l’origine de ces complications, sans provoquer de résistances. Ce médicament non-antibiotique neutralise les toxines bactériennes responsables des complications longues et coûteuses à traiter, et encore trop souvent fatales. Les résultats du premier essai clinique réalisé avec des patients souffrant de pneumonie sévère sont extrêmement prometteurs: les patients traités avec CAL02 se sont rétablis plus rapidement que les patients recevant uniquement les traitements antibiotiques conventionnels (y compris les plus récents) et ont pu quitter les soins intensifs une semaine plus tôt, soulignant l’impact de ce traitement sur les coûts de la santé. Dans le cadre du COVID-19, le potentiel de CAL02 est double. D’une part, CAL02 prévient et traite les complications associées aux co-infections bactériennes. Ce co-infections touchent en moyenne 20% des patients COVID-19 admis aux soins intensifs, et sont présentes dans 50% des cas mortels. D’autre part, CAL02 agit directement contre les virus à enveloppe, dont fait partie le COVID-19. Le mois dernier, la Food and Drug Administration (FDA) américaine a évalué favorablement le dossier de la société en vue de la réalisation d’un essai clinique chez les patients COVID-19 admis aux soins intensifs.

https://www.combioxin.com/

VivaTechnology
Vincent Viollain, Head of Partnerships and startups 

https://vivatechnology.com

VivaTechnology

Guillaume Maréchal, Global Development - Senior Manager

https://vivatechnology.com